Molpé Music

A PROPOS

Fille du peintre Muzaffer Akyol, Gaye “n’a découvert des artistes étrangers qu’une fois adolescente – notamment Nick Cave, Joy Division, Sonic Youth et Einstürzende Neubauten”. Ce sont plutôt les chanteuses Selda Bagcan et Müzeyyen Senar qui ont constitué son univers sonore, des artistes qui “bien qu’ayant trait aux styles orientaux et turcs classiques n’en sont pas moins politiques dans le ton”. La chanteuse a toujours “gardé cette idée originale selon laquelle les punks turcs ne pouvaient se contenter d’un pastiche des clichés du punk occidental”, analyse The Quietus.

Difficile de passer cette nouvelle vague sous silence

Son disque, disponible depuis le 11 novembre, “fait référence à l’ambiance politique de la Turquie contemporaine, ainsi des paroles de la chanson Dünya Kaleska : “Tu nous as vendus !/Tu possèdes un palais/Mais ce ne sont que quatre murs et du vide/Les possessions mutilent les mortels”. Et le magazine britannique de conclure :

Avec cette sortie internationale et la programmation de Akyol dans des festivals tels que Roskilde [au Danemark] et Le Guess Who ? [aux Pays-Bas], il va devenir de plus en plus difficile pour les forces conservatrices turques de passer sous silence cette nouvelle vague qui voit le jour à Istanbul.”

Gaye Su Akyol – voix

İlhan Erşahin – saxophone

Barlas Tan Özemek – guitare classique (şahmeran)

Ahmet Ayzit – violon, oud, electro saz, cumbush

Ismail Darıcı – percussions

Oğuz Can Bilgin – trompette

CONCERTS

Portfolio

Fermer le menu