La rencontre de Diego El Cigala avec la musique des Caraïbes l’a attiré irrémédiablement vers de grands trésors musicaux à la découverte des racines qui unissent la musique des deux côtés de l’Atlantique. Ses expériences l’ont inévitablement conduite à prendre contact avec la salsa et à admirer ses auteurs et interprètes si talentueux. Pour ce nouvel album El Cigala a choisi de se plonger dans les origines et le développement de la salsa, car elle se lance dans une aventure qui vous mènera à travers quelques-uns des pays qui ont contribué à forger sa réputation, allant des quartiers de New York, au cause de la réalité des les quartiers latinos, créant une forme de communication et un recueil des expressions culturelles des immigrants latino-américains et en particulier les peuples des Caraïbes. Dans cette initiation, Diego a donc visité Cali (Colombie), San Juan (Puerto Rico), La Havane (Cuba), Punta Cana (République dominicaine) et New York et Miami (USA) et enregistré des bouts d’album à chaque destination pour finir vers le sud de l’Espagne, à Jerez de la Frontera afin de clore ce projet avec la guitare, le chant, le cajon et les palmiers. Dans le cadre de cet échange culturel, Diego a eu l’occasion de partager ce voyage avec les talents respectais d’Oscar D’Leon, Bobby Valentin, Larry Harlow, Roberto Roena, Eddie Montalvo, Nicky Marrero, Jorge Santana, Gonzalo Rubalcaba, Los Muñequitos de Matanzas, Luis Perico Ortiz, Horacio Black, Jose Aguirre, Diego del Morao, etc … Ce sont ces plus de 70 musiciens de différentes nationalités qui ont contribué à l’essence indestructible de l’album. Indestructible parce que le temps ne pourra jamais effacer l’héritage et la richesse de la musique salsa, un genre qui montre une fois de plus qu’il n’y a pas de frontières. L’artiste sera disponible en France pour plusieurs représentations exceptionnelles du 15 au 30 novembre 2017.

Vidéos