Mohamed Abozekry est né au Caire en 1991. A l’âge de 11 ans, il suit quatre ans durant, l’enseignement du maître du Oud iraquien Naseer Shamma, ainsi que celui des égyptiens Hazem Shaheen et Nehad El Sayed. Début 2007, il obtient à 15 ans, avec prix d’excellence, le diplôme de soliste et de professeur de la très réputée Maison du Luth Arabe (Beit El Oud) du Caire. Il devient le plus jeune professeur de Oud du monde arabe.   Compositeur et interprète, Mohamed a maîtrisé, au sein de ses études à la Maison du Luth Arabe, le répertoire musical égyptien, le répertoire de musique arabe classique et contemporaine, ainsi que les différents styles traditionnels de l’école turque et irakienne. Depuis 2004, à l’âge de 12 ans, il a plusieurs fois accompagné Naseer Shamma sur scène en Egypte et au Moyen-Orient. Il a fait partie également de l’Orchestre d’Orient où il a accompagné de grands artistes orientaux tels que Ross Daly et Derya Turkan. En août 2009 à Damas, il est nommé meilleur joueur de Oud du monde arabe de l’année lors de son obtention du Premier Prix au « Concours international du Oud ».   Son talent et sa virtuosité sont alors fortement reconnus dans les pays arabes. Il commence à développer, au gré de ses rencontres avec des musiciens issus d’horizons différents, un style qui lui est propre, mêlant la musique orientale à d’autres musiques du monde (latines, tzigane, indienne) et à d’autres influences (jazz, blues, rock). Il fait alors le projet de partir à l’étranger.   A 18 ans (2009) le jeune prodige décide de poursuivre son parcours en France, afin d’élargir ses compétences en étudiant la théorie de la musique occidentale dans le cadre de la Faculté de Musicologie de l’Université de Lyon. Il y découvre un nouvel environnement de musiciens cosmopolites qui l’inspire et le pousse à avancer dans l’interprétation et dans la composition. La recherche dans différents styles musicaux devient la perspective essentielle de son travail afin d’apporter une modernité constante dans sa pratique du Oud.   En 2011, il crée son projet HeeJaz, issu de rencontres au Caire : avec le guitariste Guillaume Hogan en 2007, puis de la percussionniste Anne-Laure Bourget en 2008, et à Lyon du contrebassiste Hugo Reydet. Un Quartet entre jazz et musiques du monde, où les influences respectives de chaque musicien se mélangent pour devenir un support parfait à ses envolées musicales. Invités pour la soirée d’ouverture de saison à l’Institut du Monde Arabe à Paris en 2011, ils se produisent en 2012, avec le soutien des Alliances Françaises, au Moyen-Orient et en Amérique Latine. En 2013, remarqués par des professionnels de renom (Rémy Kolpa Kopoul, André Manoukian) ils entament une longue tournée devant un public enthousiaste et conquis. Avec une centaine de concerts à leur actif, ils sortent leur premier album à Paris en mars 2013 : « Chaos » (distribué par le label Celluloid Records).   Inspiré par la création de musiques de films, Mohamed Abozekry compose pour plusieurs projets : « 18 jours » (collectif de réalisateurs égyptiens en hommage à la révolution) présenté au Festival de Cannes en 2011, « The Camp » documentaire de l’égyptien Tamer Eissa (2013), « Nsibi » court-métrage du réalisateur franco-algérien Hassene Belaïd (2014). Entre autre collaboration, il est invité par Philippe Cohen Solal (Ya Basta Records) sur le nouvel album de Féloche (remix du titre « Silbo ») qui sort en octobre 2013 sur une version en édition limitée. Sélectionné par Rémy Kolpa Kopoul, il se produit au Comedy Club à Paris en mars 2013 pour une fusion originale élaborée en duo avec Ezra, caïd de human beatbox. Aujourd’hui installé entre Paris et Lyon, il travaille sur plusieurs projets dont le développement en Quintet du concept de son groupe : HeeJaz Extended (Anne-Laure Bourget, Hugo Reydet, le pianiste Ludovic Yapoudjian et le saxophoniste Benoît Baud). De nouvelles compositions vers une nouvelle direction artistique et une nouvelle fusion musicale.   Il présente cette nouvelle formation lors d’un concert à guichet fermé à l’Institut du Monde Arabe en novembre 2013 et prépare actuellement le deuxième album (sortie début 2015). Expérimentant toujours un nouveau style de jeu au Oud et se tournant résolument vers la composition, Mohamed Abozekry a le talent de son ambition et l’imagination fertile.   Mohamed Abozekry tourne actuellement avec son nouveau projet, Karkadé. Signifiant littéralement “fleur d’Hibiscus”, Karkadé désigne également une boisson que l’on trouve un peu partout en Égypte. Ce projet se déclinera en trois volets : le premier se penche sur la musique classique, essentiellement développé au Caire, au nord du pays. Elle sera illustrée par un samai rast qu’il a spécialement composé, basé sur un jeu rythmique et mélodique proche des musiques de sultans. Le deuxième aborde la musique soufie qui s’est installée dans le sud de l’Égypte (El Saʿid). C’est une déclaration d’amour à Cheikh Ahmad Al-Tuni, une recherche des tourneries de derviches qui ne s’arrêtent jamais, sur une basse en peau de dehola ou de percussion dôf. Enfin, avec la complicité de ses musiciens, il conclura avec les mélodies populaires du XXe siècle, qui rythment la vie paysanne égyptienne, tout au long des berges du Nil.